26 mars 2020

"Lynx", de la SF en mode écologie ! Echange avec Serge Perrotin.

Serge Perrotin et Alexandre Eremine inaugurent ce trimestre une nouvelle série SF mêlant le thème de l’écologie avec des aventures au rythme soutenu à travers une collection de mondes tous plus étranges les uns que les autres. Une SF de facture classique brillamment exécutée par le duo franco-russe.

Échange avec Serge Perrotin, scénariste.

 

Edtions Paquet - Pourquoi lier science-fiction et écologie ?

Serge Perrotin - Nous sommes tous les deux des grands fans de SF. Nous partageons également une sensibilité et un intérêt partagés pour l’avenir de notre planète.
L’envie de travailler ensemble s’est donc rapidement imposée. Alexandre m’a fait suivre un rough représentant un homme d’une cinquantaine d’années, un peu ventripotent (le parfait antihéros) et une adolescente aux cheveux roux. Les deux portant le même uniforme. Il précisait juste qu’ils étaient des agents envoyés sur des planètes victimes d’un dérèglement écologique. À moi de rebondir... J’ai donc imaginé le DIPCE (Département Interplanétaire de Prévention des Catastrophes Écologiques) qui envoie ses agents enquêter aux quatre coins de la galaxie.

E.P. - Pourquoi le titre générique de Lynx ?

S.P. : Les agents du DIPCE sont appelés « Lynx », car, autrefois, ces prédateurs furent réintroduits sur la planète d’origine de l’humanité (TER1) pour rétablir certains déséquilibres écologiques.

E.P. - Le tome 1 était prévu pour mars 2020, crise sanitaire oblige, sa sortie se voit retardée. Cela ne t’empêche pas d’être déjà en piste sur le tome 2.

S.P. - On est toujours déçu lorsque l’on a travaillé un an sur un album, sprinté pour tenir les délais, et qu’on apprend que la sortie de l’album est  repoussée. Ça, c’est la réaction à chaud. Puis, rapidement, on se dit que la sortie ou non d’un livre est bien dérisoire devant l’ampleur de la catastrophe actuelle. On se dit qu’on est heureux d’être vivant, heureux que les personnes qu’on aime soient toujours là. 

Avec ma famille, nous appliquons rigoureusement le confinement. Un moment suspendu qui me permet d’avancer sur la suite de «LYNX» puisque l’éditeur a donné le feu vert pour un tome 2. J’ai envoyé les sept premières pages à Eremine qui a attaqué les story-boards dans la foulée. La suite devrait donc paraître moins d’un an après la parution du tome 1…