J'ai rencontré Lucio Perinotto pour la première fois il y a 15 ans. Tombé par hasard, mais sous le charme, de ces huiles en noir et blanc, Super Constellation, DC3, DC4, Boeing 314 Clipper, Dewoitine-338, fendant le ciel de Manhattan ou se préparant aux longs voyages au dessus de l'Atlantique Nord. Les toiles de Lucio Perinotto ne sont pas silencieuses, vous entendez le vrombissement des moteurs, vous partagez la magie du vol, la concentration des pilotes. Il se dégage des oeuvres de Lucio Perinotto un climat particulier, empreint d'une certaine nostalgie à une époque où voyager en avion était un luxe rare réservé à une certaine élite. Pour faire court, Lucio Perinotto est un artiste unique.
Frédéric Beniada, journaliste à France-Info, membre de l'Aéro-Club de France

Tabs

De la même série